La loi de l’attraction

  Avant propos :
toute tentative de représentation du réel repose sur des hypothèses1c’est à dire des concepts qu’on présuppose vrais sans avoir le moyen de les vérifier, qui sont par essence improuvables2bien que potentiellement vérifiable dans une certaine mesure, par l’expérience scientifique ou humaine notamment. cependant, le fait qu’une hypothèse soit confirmée par l’expérience ne peut suffire à en faire une certitude absolue. La théorie de la gravité de newton en est le parfait exemple, elle était plus que confirmée par les observations, et a même permis de prédire l’existence et la position de Neptune avant qu’on ne puisse l’observer. Pourtant, elle a été invalidée par une autre théorie, de nature fondamentalement différente, la relativité générale d’Einstein (la théorie de Newton voit la gravité comme une force, quand celle d’Einstein l’explique comme un effet de la courbure de l’espace temps, c’est à dire qu’elle l’explique par un logique purement géométrique qui ne nécessite plus l’existence d’une “force” gravitationnelle) . De fait, nous ne pouvons jamais prétendre connaître avec certitude la vérité, ce qui n’empêche pas de tenter de comprendre la nature et le fonctionnement de cette incroyable expérience qu’est l’existence. C’est dans cet esprit que cet article propose d’apporter un éclairage sur le concept de “loi de l’attraction”, et sur la logique et la vision cosmogonique qui le sous-tendent.

  L’idée mise en avant dans la loi de l’attraction est que l’univers est une sorte de machine à exaucer nos souhaits, et qu’il suffit de “demander” de la façon adéquate pour obtenir ce qu’on désire.

 Le point central pour utiliser cette loi de manière efficace est la confiance dans le fait que ce que nous demandons est déjà accordé, aussi bien dans la manière de le formuler que dans la façon dont nous vivons cette demande intérieurement, car l’univers envoie précisément ce que nous demandons de tout notre être : si nous doutons, l’univers l’entend, et envoie donc un résultat douteux ; si nous attendons, il nous envoie l’attente ; si nous n’y croyons pas, il se fera un plaisir de confirmer notre incrédulité !

Cette loi est souvent vue comme une sorte de propriété “magique” de l’univers, un truc, “un secret”3Référence au livre qui a popularisé ce concept qui n’impacte pas spécialement le reste de nos croyances. Toutefois, elle découle d’une vision spirituelle spécifique. En fait, sous son aspect moderne, cette loi reprend une notion centrale de presque toutes les spiritualités du monde, mais en partant d’un de ses effets plutôt que de son fondement même.

L’idée est que tout est un. Toi, comme moi, où encore l’écran devant toi et l’air qui t’entoure, faisons partie de la conscience unique qui est tout ce qui est. Il n’y a pas de créateur et de création, comme dans la mythologie chrétienne, mais une chose unique qui est Dieu et dont nous sommes partie intégrante. Et toi et moi sommes Dieu en train de s’expérimenter, et qui s’est pour ça divisé, ou plutôt démultiplié en une infinité de consciences, illusoirement distinctes.

Dieu est ton essence, autrement dit, tu es Dieu4Car le tout est dans chaque partie. Si on reprend la métaphore de la cellule, il y en a des milliards et des milliards en toi, cependant ton A.D.N. complet se retrouve dans chacune d’elle.. L’image classique est celle de la vague, qui est totalement unique, différente de toutes les autres, mais qui est néanmoins indissociable de l’océan.

La loi de l’attraction est inhérente à ce principe : quand tu demandes à l’univers, c’est en fait à toi-même que tu demandes. Et c’est pour ça que la loi dit que tu seras toujours exaucé(e).

Plus encore, tu crées littéralement ce que tu souhaites, à chaque instant, et il en est ainsi pour chaque paramètre de ta réalité5Il faut ici préciser : l’idée n’est pas forcément que nous créons les autres, le monde autour de nous et ces guerres, sa pollution… Mais que nous choisissons le contexte précis de notre expérience, à savoir vivre sur ce monde, dans cette famille, et avec toutes ces circonstances extérieures qui font notre réalité.

Une des implications philosophiques de cela, est que la loi de l’attraction s’applique en toutes circonstances, et pas uniquement pour trouver l’âme sœur ou devenir riche. Tous ce que nous vivons émane d’une manière ou d’une autre d’un choix que nous avons fait , sans exception6ce qui peut être très difficile à accepter comme idée quand nous pensons à nos tragédies personnelles, et plus encore à celle de l’histoire. Comment en effet ne pas voir des bourreaux et des victimes dans l’histoire ? Répondre à cela en profondeur nécessiterait probablement un livre entier, mais une des réponses pourrait être que l’âme cherche toujours à évoluer. Là où nous en sommes du chemin sur ce monde, c’est par la dualité. L’âme va donc proposer des situations qui vont mettre en relief les aspects de notre être que nous avons à travailler. D’un point de vue métaphysique élevé, les plus grandes difficultés, les plus grandes tragédies de notre vie sont paradoxalement les plus beaux cadeaux ; ceux qui portent en eux la plus grande opportunité d’évolution.. C’est un concept exigeant, qui implique la responsabilité totale de sa vie, et donc l’impossibilité d’en être victime, en quelque cas que ce soit.

Pourtant, je constate, comme quasiment tout le monde, que ma vie et le monde dans lequel j’évolue diffère assez profondément de ce que je créerais si j’en étais le démiurge. Cela vient du fait que nous sommes composés de multiples aspects, avec leurs tensions, leurs désaccords. Il y a un écart, parfois abyssal, entre la raison et la psyché. Par exemple, je crois que la vie est bienveillante, et pourtant j’ai souvent du mal à lui faire confiance. Ma réalité est donc conditionnée par cette dualité interne. Plus encore, nos parts inconscientes sont en général extrêmement majoritaires, or elles aussi ont voix au chapitre lorsqu’il s’agit de créer notre réalité.

Notre seul mental conscient est donc souvent insuffisant pour réaliser les visualisations cherchant à utiliser la loi de l’attraction7d’autant que notre mental n’est pas toujours efficace pour choisir ce qui contribuerait le mieux à notre bonheur. Certain imaginent qu’ils seraient plus heureux s’ils étaient plus riches, mais est-ce vrai ? Et à long terme est-ce la meilleur voie pour leur développement et leur bonheur ? Impossible de le savoir. Mais on peut imaginer que leur âme le sait bien mieux, et demande en conséquence des expériences plus adaptées. Et si leur mental et leur âme (sans parler des autres parties de leur être) son désalignés, comment pourraient-ils utiliser efficacement la loi de l’attraction ?.
Comme le dit Efflam8personnage de “Promets-moi d’être heureux” :

“Tu ne pourras jamais être sûr des résultats tant que tu la réduiras à de la pensée positive. Ce n’est pas le fait de vouloir qui va amener le résultat ; c’est le fait d’être aligné, de sentir que chaque part de toi, conscient, inconscient, âme… est en phase avec le résultat. Si c’est le cas, crois-moi, ce que tu appelles adviendra dans ta vie, tôt ou tard.”

Une autre manière d’utiliser cette loi est d’observer notre réalité, car si c’est nous qui la créons, elle peut être un bon indicateur de nos propres blocages. Si par exemple quelqu’un vit toujours des relations amoureuses dysfonctionnelles, pourquoi les crée-t-il ? Quelles parts de lui génère ce résultat ? Utiliser la loi de l’attraction pour demander une relation qui le comblera sera probablement insuffisant, il lui faudra d’abord conscientiser l’origine de ce schéma, et s’en libérer.

…Et donc à choisir qui je veux devenir.

Au final, pour utiliser efficacement la loi de l’attraction, il nous faut dépasser nos conditionnements et nos limitations ; guérir nos blessures et de manière générale tout ce qui parasite notre capacité créatrice. Et bien sûr, prendre l’entière responsabilité de la vie que nous nous créons. Or ce chemin de guérison et de lucidité nous ouvre à un plus grand amour de nous même et de la Vie, que cette loi soit une réalité ou non. Personnellement, c’est tout ce que je demande a une croyance, car si je ne peux connaître la vérité avec certitude, la seule question qu’il me reste est : m’aide-t-elle dans ma quête de joie et d’harmonie ?

References   [ + ]

1. c’est à dire des concepts qu’on présuppose vrais sans avoir le moyen de les vérifier
2. bien que potentiellement vérifiable dans une certaine mesure, par l’expérience scientifique ou humaine notamment. cependant, le fait qu’une hypothèse soit confirmée par l’expérience ne peut suffire à en faire une certitude absolue. La théorie de la gravité de newton en est le parfait exemple, elle était plus que confirmée par les observations, et a même permis de prédire l’existence et la position de Neptune avant qu’on ne puisse l’observer. Pourtant, elle a été invalidée par une autre théorie, de nature fondamentalement différente, la relativité générale d’Einstein (la théorie de Newton voit la gravité comme une force, quand celle d’Einstein l’explique comme un effet de la courbure de l’espace temps, c’est à dire qu’elle l’explique par un logique purement géométrique qui ne nécessite plus l’existence d’une “force” gravitationnelle)
3. Référence au livre qui a popularisé ce concept
4. Car le tout est dans chaque partie. Si on reprend la métaphore de la cellule, il y en a des milliards et des milliards en toi, cependant ton A.D.N. complet se retrouve dans chacune d’elle.
5. Il faut ici préciser : l’idée n’est pas forcément que nous créons les autres, le monde autour de nous et ces guerres, sa pollution… Mais que nous choisissons le contexte précis de notre expérience, à savoir vivre sur ce monde, dans cette famille, et avec toutes ces circonstances extérieures qui font notre réalité
6. ce qui peut être très difficile à accepter comme idée quand nous pensons à nos tragédies personnelles, et plus encore à celle de l’histoire. Comment en effet ne pas voir des bourreaux et des victimes dans l’histoire ? Répondre à cela en profondeur nécessiterait probablement un livre entier, mais une des réponses pourrait être que l’âme cherche toujours à évoluer. Là où nous en sommes du chemin sur ce monde, c’est par la dualité. L’âme va donc proposer des situations qui vont mettre en relief les aspects de notre être que nous avons à travailler. D’un point de vue métaphysique élevé, les plus grandes difficultés, les plus grandes tragédies de notre vie sont paradoxalement les plus beaux cadeaux ; ceux qui portent en eux la plus grande opportunité d’évolution.
7. d’autant que notre mental n’est pas toujours efficace pour choisir ce qui contribuerait le mieux à notre bonheur. Certain imaginent qu’ils seraient plus heureux s’ils étaient plus riches, mais est-ce vrai ? Et à long terme est-ce la meilleur voie pour leur développement et leur bonheur ? Impossible de le savoir. Mais on peut imaginer que leur âme le sait bien mieux, et demande en conséquence des expériences plus adaptées. Et si leur mental et leur âme (sans parler des autres parties de leur être) son désalignés, comment pourraient-ils utiliser efficacement la loi de l’attraction ?
8. personnage de “Promets-moi d’être heureux”